www.cafe.edu

EXPLICATION DE TEXTE

L’Entre-deux-guerres.
Les Nations se sont prises à la gorge au moment où les classes ouvrières commençaient à peine à prendre conscience de leurs intérêts collectifs. Ils avaient cependant conscience de leurs intérêts nationaux, en sorte que même les fascismes devaient compter avec les sentiments de la masse (la camaraderie pour les Allemands, le droit de vote pour les Américains, la République pour les Français, la noblesse pour les Anglais).
     Ces couleurs nationales étaient autant de complexes de supériorité réciproques. Le nazisme s’est formé pour résister à l’intelligence et à la liberté des Français (et se dérober à une dette de guerre démesurée). Telle est sans doute la cause de la montée au pouvoir de Hitler. Brecht dénonce le fascisme au nom du socialisme mais la nécessité du partage des biens dans une république démocratique n’est pas encore reconnue (et le sera-t-elle jamais?)
     Le conflit de l’Allemagne et de la France, poursuivi en 1940, aurait-il été évité moyennant un détour par la littérature (Brecht, Chaplin au cinéma, Giraudoux)?

Ceux qui envoient leur réponse reçoivent une proposition et parfois un courriel adapté à leurs questions.

Réponse:
Adresse électronique (courriel):

Lecture précédente.

Donnant-Donnant est un film comique mais totalement invraisemblable dans son intrigue. Un homme est pris entre deux femmes dont l’une est la fille adoptive de l’autre. Jeanne joue de l’accordéon pour faire de sa péniche, amarrée dans un coin perdu, une guinguette de fortune. Elle oblige Silvia, qui joue du piano, à l’accompagner, mais celle-ci rêve de jouer plutôt dans un grand salon parisien.
   Silvia reconnaît, endormi sur la banquette de la péniche, un suspect recherché partout. Comme il a un AVC, il s’exprime difficilement. Elle va appeller la police quand lui traverse l’esprit l’idée diabolique que le tueur pourrait la délivrer de sa mère. L’héritage lui permettra de poursuivre une carrière de pianiste à Paris!
   Cette intrigue donne au film son titre. Silvia menace Constant de le livrer à moins qu’il ne la débarrasse de sa mère. Il s’y retrouve d’autant moins qu’il n’est pas tueur. Ce dont on l’accuse a été un accident.
   Jeanne, quant à elle, est en dépression depuis qu’elle a perdu José, «son seul amour». Elle se promène avaec un air égaré, joue cent fois le même air sur son accordéon ...et se jette dans la rivière sous les yeux de Constant, chargé de l’assommer à coups de masse. Au lieu de se réjouir de voir toute faite sa part du contrat, il se jette à l’eau et il la sauve. Il doit faire du bouche à bouche pour la ranimer. Jeanne a une hallucination. «Paulo!» Constant devient sous ce nom le second seul amour de sa vie.
   Pour calmer le dépit de Silvia, Constant, qui s’exprime difficilement, doit lui expliquer par gestes comment Jeanne est devenue amoureuse de lui. Le bouche à bouche avec Silvia produit sur elle le même effet que sur Jeanne.
   Alors sa mère lui donne de quoi aller vivre à Paris mais maintenant elle refuse de partir. L’une et l’autre veulent avoir pour soi seule le présumé tueur, toujours activement recherché. Silvia convainc Constant de partir avec elle pour Berlin. Jeanne la devine et dénonce Constant. Il sera capturé sur le quai de la gare.
   Il croit que c’est Silvia qui l’a vendu. Durant les deux années de sa peine d’emprisonnement, il déchire ses lettres continuelles. Jeanne vient le voir. Elle lui redit son amour. Mais dans sa joie de le voir revenu à elle, une allusion au départ à deux pour Berlin lui échappe et Constant comprend que c’est Jeanne qui l’a vendu, par jalousie. Il fait le tour des dancing parisiens dès sa sortie de prison. Il retrouve Sylvia. C’est le bonheur.

1. Plus tragique que comique.
2. Invraisemblable. Ridicule.
3. Film d’acteurs. Medeea Marinescu, Sabine Azéma et Daniel Auteuil sauvent tout.
4. Une fin prématurée qui plaît trop facilement empêche de développer le thème sous-jacent: les incohérences entre couches de conscience personnelle. (Faire assassiner sa mère puisqu’on la hait, capturer en le vendant à la police un homme qu’on aime, tomber dans les bras d’une jeune femme qui renonce à son avenir pour vous enlever à sa mère).

CORRIGÉ EXEMPLATIF
1. Ce qui fait rire est l’outrance ou les retournements, souvent dus au hasard. C’est du guignol.
2. Attachant malgré tout, mais pourquoi? La sincérité, le naturel, probablement. Et la désinvolture par rapport à toute vraisemblance. Ou la négligence des prises de vue, pour feindre que cela a été pris sur le vif.
3. Nul vedettariat. Les scènes doivent susciter les sentiments instinctifs du grand public.
4. Il y aurait un parallélisme, bien caché, entre les réactions collectives (préjugés hérités) des personnages qui s’ignorent les uns les autres (nulle empathie sinon inconsciente). Ce thème aurait pu arriver à la surface dans une suite du film, où Jeanne aurait rejoint le couple à Paris. Mais cela n’aurait pas tourné en rond (comme dans Huis-Clos). Les personnages se seraient transformés l’un par l’autre.
EXPLICATION Le SurMoi gourmande le Ça, qui défend sa liberté. Le Moi constate qu’il ne peut leur offrir la solution. Comme il n’y en a pas, il cherche une issue rationnelle ...et s’aperçoit que l’objet de la dispute n’existait pas. Il suffisait de vérifier les motifs. Les couches de la conscience divisent une seule et même conscience, même s’il y a plusieurs «personnes». La division est entre les moments que se créent les intervenants.
EXEMPLE Ne mets pas ta montre dans la poche, elle peut tomber. Haussement d’épaules. À la première occasion, elle tombe. Je te l’avais bien dit. On regarde par terre mais on ne voit rien. Elle a dû glisser entre les planches du quai. Il faudrait en détacher une pour la retrouver. Impossible. On vérifie les autres poches. La montre est bien là. Pourtant on l’a entendue tomber. C’était un clou qui se trouvait dans l’autre poche.

CONSEILS

Sur feuille libre, noter ses réactions illico, telles quelles, sans peaufiner. On pourra les retravailler quand on les transcrira dans la fenêtre prévue. Citer les passages litigieux pour les critiquer. Se poser les questions habituelles: qui parle ( l'auteur ), dans quel but ( visée ), sous quelles formes ( genre littéraire ), avec quels arguments et quelles preuves ? Analyser, fouiller dans l'index de la CLÉ sur les mots utilisés dans votre analyse, de façon à la pousser plus loin.

Clé des procédés.

Copyright © 2008 C.A.F.É.