www.cafe.edu

EXPLICATION DE TEXTE

Quant à la génération des AG (accepteurs globalistes), elle poursuit actuellement des études sur la relation entre l’inconscient littéraire et la nutrition: est-ce parce que cette génération n’a jamais maîtrisé l’orthographe que les termes «jeune» et «jeûne» se confondent ? (Fr. Benoit et Ph. Chauveau, Acceptation globale, p.42.)
   Sur le modèle du manifeste Refus global, qui, au Québec, avait formé la génération des «baby boomers» (les RG), la nouvelle génération lance à son tour un mouvement qui, pour s’opposer au Refus, prône l’acceptation, tout en se plaignant elle aussi que la Société ne lui ait laissé aucune place.
   À voir cet extrait, quel est le genre littéraire du texte cité? Un essai? Un manifeste? Une satire? Du sketch humoristique? Un manuel pratique?

Ceux qui envoient leur réponse reçoivent une proposition et parfois un courriel adapté à leurs questions.

Réponse:
Adresse électronique (courriel):

Lecture précédente.

Par la suite, les Romains gouverneront seuls l’Égypte et les «provinces» d’Orient. Ils les feront administrer par des généraux et des procurateurs qui se borneront à faire affluer à Rome le blé et les mercenaires mais ne se soucieront nullement de comprendre l’âme des peuples dont ils auront la charge. (Benoist-Méchin, Cléopâtre ou le rêve évanoui, p.271)
   Un historien doit-il ainsi prendre parti? Benoist-Méchin ne cache pas sa sympathie pour le projet mondialiste de Jules César, imperator, et de Cléopâtre, souveraine de la ville la plus cultivée qui fût. Ils pensaient qu'en étendant la citoyenneté romaine, en créant une monnaie unique, en fixant un calendrier sans jours de rallonge, ils allaient réellement «changer la face du monde». Ce rêve s’évanouit avec la conjuration des sénateurs républicains, opposés au titre de roi que César aurait dû prendre pour s’imposer en Orient.
   Mais dans quelle mesure est-il permis de porter des jugements moraux quand on écrit l'histoire? «Comprendre l’âme des peuples»... Est-ce un essai ou un livre d'’histoire?

CORRIGÉ EXEMPLATIF
Le texte historique diffère du texte romanesque parce qu’il ne peut adopter le point de vue d’un personnage en particulier, fût-il la reine de l'Égypte alexandrine. Non seulement il doit s’appuyer sur des faits (et apporter ses preuves, d’où les nombreuses notes infrapaginales) mais encore, il devrait briller par l’impartialité et l’élévation de ses vues, voire atteindre à une grande objectivité (le point de vue de tout observateur impartial).
   Mieux vaut se placer au point de vue de l'ensemble d'une population. La démographie aurait un rôle à jouer dans les disciplines historiques et l'histoire est à réécrire, sans doute, quand on voudra cesser de transformer en mythes collectifs des actions affichées comme nobles, qui n’ont de mobiles que politiques ou intéressés.

CONSEILS

Sur feuille libre, noter ses réactions illico, telles quelles, sans peaufiner. On pourra les retravailler quand on les transcrira dans la fenêtre prévue. Citer les passages litigieux pour les critiquer. Se poser les questions habituelles: qui parle ( l'auteur ), dans quel but ( visée ), sous quelles formes ( genre littéraire ), avec quels arguments et quelles preuves ? Analyser, fouiller dans l'index de la CLÉ sur les mots utilisés dans votre analyse, de façon à la pousser plus loin.

Clé des procédés.

Copyright © 2008 C.A.F.É.