www.cafe.edu

OÙ EST MA LOGIQUE?
Tenir compte des raisons des autres et réfuter en connaissance de cause.

Aristippe aimait le luxe et, en orateur consommé, s'en justifiait en déclarant: «Il vaut mieux que l'argent soit perdu par Aristippe qu'Aristippe par l'argent.» (Luciano de Crescenzo, les Grands Philosophes de la Grèce antique, p.295)

1. L'un n'empêche pas l'autre... C'est Diogène (le cynique), en apprenant à vivre de rien, à se satisfaire sans argent, qui échappait aux inconvénients comme aux avantages du commerce. Aristippe, de l'école cyrénaïque, ne fait ici que jouer sur les mots.
2. Non. Diogène exagère et il n'aurait pu survivre sans ses amis. Aristippe est plus libre que lui. Il trouve les moyens d'en user sans abuser. Il reste libre de tout son avenir parce qu'il s'en donne les moyens.
3. Peu importent les justifications verbales: Diogène, exilé, voulait vivre de rien auprès d'Antisthène, qui lui enseignait comment se passer de tout. Aristippe mettait le bonheur dans le plaisir, il méprisait les mathématiques. Venant de la Cyrénaïque, il avait l'habitude du confort et du luxe.
4. La leçon est dans la parole, au contraire. Aristippe a fait une conversion logique. Le prédicat devient thème et réciproquement. Ce type de négation fonde la rationalité et procure par là, suivant Socrate, l'immortalité de l'âme.

Opter pour un des distracteurs ou commenter son hésitation ci-dessous. On reçoit aussitôt notre opinion. Une réponse plus personnelle est possible éventuellement.

Réponse:
Vous pouvez aussi noter ci-dessus une question que vous vous posez.
Adresse électronique (courriel):

Réflexion d'hier

Tout le monde sait ce que c'est d'être logique ou illogique, que ce soit dans son comportement ou dans ses paroles. Et pourtant, très rares sont ceux qui voudront étudier la logique.

1. C'est normal. Il y a tant d'autres choses importantes et urgentes...
2. On pourrait étudier tant de choses... La digestion, la musique : on le fait sans trop savoir ce que c'est et tout se déroule parfaitement quand même.
3. Il y a deux logiques. La majeure est comme la grammaire et elle se pratique inconsciemment. La mineure garantirait, si on la pratiquait, la vérité d'un raisonnement, ou elle permettrait d'en démontrer la fausseté.
4. Il suffirait de bien saisir et pratiquer une petit nombre de notions: essence et existence, nécessité et probabilité, qualité et quantité, cause et implication, genre prochain et différence spécifique, substance et accident.

Notre proposition de corrigé.
DÉLIBÉRATION sur le choix 1. Si les choses urgentes et importantes comportent du raisonnement, se former au préalable sera une condition de succès.
2. Cela va sans dire, oui, mais encore mieux en sachant le dire, en découvrant comment.
3. La mineure, si didactique (Petrus Hispanus, 13e siècle) s'est transformée en mathématique (tables de vérité). Elle n'a jamais été de pratique courante, même chez Aristote. Au fait, comment savoir quelles formes garantissent la vérité si on n'a pu le vérifier autrement que par la forme?
4. Ces catégories sont complétées par les trois formes de syllogisme et elles en constituent les moments.
DÉFINITION La logique est le fonctionnement de la pensée et savoir comment elle opère (contradiction, induction, déduction, analyse, synthèse, définition, extension, conversion, obversion) libère la puissance inventive.

Copyright © 2009 C.A.F.É.