www.cafe.edu

OÙ EST MA LOGIQUE?
Tenir compte des raisons des autres et réfuter en connaissance de cause.

L’un et le multiple.
Il faut les deux, évidemment. Mais comment s’ajustent-ils? Toujours de l’un vers les autres? Ou dans l’autre sens, du divers vers l’unité?

1. Certainement pas. Les deux sont possibles. Mais pas compossibles. Le concept ordonne le singulier vers l’universel par le biais du particulier, la mineure, qui effectue un passage.
2. Les idées ne sont pas sans rapport avec les sentiments. La finesse de ces derniers les multiplie.
3. Dans un dialogue, pas une seconde n’est perdue. Les répliques ont beau se rétrécir dans le conduit du langage partagé, elles reprennent du volume dans les espaces des interprétations envisageables.
4. Mais la pensée et le sang sont deux processus. Le sang est limité dans l’espace du corps individuel et cette unité l’englobe. La pensée est limitée dans l’espace universel de tout ce qui est ou pourrait être.

Opter pour un des distracteurs ou commenter son hésitation ci-dessous. On reçoit aussitôt notre opinion. Une réponse plus personnelle est possible éventuellement.

Réponse:
Vous pouvez aussi noter ci-dessus une question que vous vous posez.
Adresse électronique (courriel):

Réflexion d'hier

Il y a toujours une solution.

1. Oui. Et parfois plus proche qu’on ne croit. Parfois même meilleure que celles auxquelles tout le monde pense.
2. Évidemment, pour le logicien. Il accepte la mort comme solution acceptable.
3. Non. Il n’y a pas toujours de solution puisqu’il y a aussi des dissolutions.
4. Et puis, il y a aussi les résolutions.

Notre proposition de corrigé.
DÉLIBÉRATION sur le choix 1. Mais il faut chercher sans se décourager, jusqu’à ce qu’on trouve.
2. Facile à dire. Il ne le dirait plus s’il s’agissait bien d’un problème personnel. (Sans compter que, ne nous en déplaise, ce sera toujours ainsi à long terme.)
3. Quand tout se déglingue de plus en plus. Dans les luttes à mort par exemple.
4. Fermer les yeux, par exemple. Faire comme si de rien n’était.

Copyright © 2009 C.A.F.É.