www.cafe.edu

Énigme de grammaire.
Tous les jours, une nouvelle énigme.

«On ne peut concevoir une langue que par ses bons côtés!»
Cette phrase veut-elle dire quelque chose? Qu’est-ce que concevoir une langue par ses bons côtés? Y voir un code clair? L’utiliser de façon univoque? Partons de là.
Ne...que = seulement. Veut-on dire: «C'est seulement en tenant compte de ses bons côtés qu'on peut se faire une idée juste d’une langue (il ne faut pas considérer les défauts)»?
N'est-il pas curieux que la même phrase puisse aussi vouloir dire exactement le contraire? On ne peut pas concevoir une langue en tenant compte seulement de ses bons côtés. «Il est impossible de se faire une idée exacte d’une langue si on ne prend que les formes correctes en considération.»

Ceux qui envoient leur réponse reçoivent un corrigé et parfois un courriel adapté aux questions qu'ils se sont posées.
Réponse:
Adresse électronique (courriel):

Énigme précédente.

«À chaque jour suffit sa peine
Pourquoi à ? C’est un complément d’objet indirect? Ce ne serait donc pas un complément de temps?

CORRIGÉ EXEMPLATIF
On entend dire, surtout au Québec: Une pilule à chaque jour. La préposition souligne le complément de temps. Ceux-ci peuvent se construire directement, sans lien explicite, comme les adverbes, qu’ils remplacent (quotidiennement).
      Le à n’est pas une faute. Mais ici, de quoi s’agit-il? Nullement de cela. Suffit sa peine a besoin d’autre chose qu’un circonstanciel, il lui manque un actant et c’est un actant indirect avec à. La peine qu’on se donne suffit à la journée (pendant laquelle on se la donne). Chaque jour apporte sa part d’efforts qu’il ne faut pas dépasser. Le à est incontournable.

Abrégé de grammaire et index terminologique.

Le français expliqué, cours conversationnel.

Copyright © 1998-2006 C.A.F.É.